• Revue W+B 121 - Architecture: Marc Corbiau

    Imprimer

    La nouvelle édition de la Revue W+B n°121 est sortie. Le dossier de ce numéro d'automne est consacré à l'industrie aéronautique wallonne.

    Au programme

    • Dossier: L'aéronautique wallonne surfe sur l'optimisme au Salon aéronautique du Bourget
    • Portrait d'entreprise: Amos, une société qui nous rapproche des étoiles
    • Culture: Liège: un nouvel écrin pour le théâtre à l'Emulation
    • Architecture: Marc Corbiau: créateur d'espaces intimes 
    • Mode: Rencontre avec Jean-Paul Lespagnard, créateur généreux et inspiré
    • Innovation: Centexbel tisse aujourd'hui les innovations textiles de demain
    • Coopération au développement: "Une mosaïque verte" au coeur de l'Afrique
    • Gastronomie: Le Va doux Vent, au royaume des épices
    • Coin BD: "L'Orignal" de Max de Radiguès encorne les tabous
    • 30e anniversaire: De l'importance des échanges de jeunes
    • Survols
    Téléchargement:
  • Nalini Malani -CENTRE DE LA GRAVURE

    Imprimer
    Du 28 septembre 2013 au 5 janvier 2014
    Nalini Malani
    Beyond print - memory, transference, montage
    et en parallèle: Thierry Verbeeck - Installation dans le cadre de Watch This Space #7
    Pascale-Sophie Kaparis - Oscillations

    Artiste pionnière de la performance, de l’art vidéo et de l’installation en Inde, Nalini Malani (née à Karachi en 1946) est l’une des figures majeures de la scène artistique indienne. Associant mythes et légendes d’Orient et d’Occident, elle crée des personnages intemporels, des héroïnes mutantes portant les signes des violences infligées aux femmes. L’artiste engage une réflexion autour des dérives du capitalisme et des fanatismes, entraînant le visiteur dans l’expérience de leur confrontation, entre récit ancestral et histoire contemporaine. Pour sa première exposition en Belgique, Nalini Malani propose une sélection d’oeuvres illustrant l’évolution de son travail depuis ses premiers livres d’artistes jusqu’aux projections vidéos sans oublier les impressions numériques grand format.

     
    10, rue des Amours. B-7100 La Louvière
    T 064 27 87 27. F : 064 27 87 29 - www.centredelagravure.be

     

    Nalini_malani_la_Louviere.jpg

  • Serene Beauty: le lissage brésilien

    Imprimer

    Les cheveux indisciplinés ont trouvé leur maître. Plus aucune scène de ménage avec des mèches rebelles. Votre chevelure fait sa rentrée en ligne droite, c'est de saison non?

    IMG_2052.JPG

    Après l'avoir testé (voir photo), l'effet du soin à la kératine  est réellement immédiat. Les produits Myriam K sont sans sel et contiennent de la Kératine ainsi que de la protéine de soie, pour vous aider à pérenniser votre soin. 



    IMG_2055.JPG

    A noter que pour moi et mon épaisseur de cheveux, il a fallu compter trois heures qui sont passées très vite vu l'ambiance chaleureuse qui régnait dans le salon. Chaque étape a été expliquée donc mes craintes (car j'en avais) se sont envolées. Aucun dommage n'a été occasionné.

     

     

     

    IMG_2063.JPG

    Rien que pour moi, 2 hommes, 4 mains et un lissage en douceur ...





    Plus sérieusement, la Kératine est la molécule la plus abondante du cheveu, elle permet de résister face aux agressions extérieures (soleil, eau de mer, pollution, coloration). C’est la composante essentielle du soin qui reconstitue le cheveu en lui rendant la kératine perdue. C’est un soin thermo-actif, qui agit par activation d’une source de chaleur (sèche cheveux, fer à lisser…).

    IMG_2073.JPGet le résultat Sourire : plus d'info sur https://www.facebook.com/pages/Serene-Beauty

    IMG_2074.JPG

    Serene Beauty

     8/10

    23 A

     
  • Maison Particulière -Centre d'art - Expo Jeunes Collectionneurs

    Imprimer

    Jeunes Collectionneurs

    Du 19 septembre au 15 décembre 2013.

    Ils ont moins de quarante ans. Ils sont 7. Ils sont belges, luxembourgeois, français. Ils se prénomment Chiara et Steve Rosenblum, Pascaline Smets , Bieke et Tanguy Clerinx-Van Quickenborne, Ronald Rozenbaum, Joris Beernaerts. Ils ont l’art pour passion. Ils nous font découvrir les œuvres avec lesquelles ils vivent au quotidien. Ils ont choisi l’artiste de leur génération : Fabrice Samyn.

    Ronald Rozenbaum s'est improvisé guide de l'exposition. Aucune oeuvre n'est reliée à son collectionneur, ce qui est un peu déroutant sachant que les deux sont intimement liés. L'enthousiasme à nous faire découvrir sa collection est manifeste. Sans langue de bois, il nous parle de ses acquisitions (Sherrie Levine, John Baldessari). 

    L'ensemble est éclectique et source de découvertes pour le non-initié. Communiquer sur de jeunes collectionneurs est rafraîchissant et comme le souligne notre guide "commencer, c'est facile mais chaque collectionneur à ses limites". Il faut suivre son instinct et son goût, mais aussi les galeries qui donnent le tempo de la côte de l'artiste. Le pouvoir d'achat qui s’accroît rend possible des acquisitions, encore faut-il être sur les bonnes listes.

    Jeunes Collectionneurs est un Manifeste, une volonté de tordre le cou aux idées reçues, notamment : « un collectionneur est riche, vaniteux, secret ». Ou encore, « un collectionneur a plus d’œuvres qu’il ne peut en avoir chez lui, il spécule avec l’art ». Peut-être, mais le mythe a la vie dure. Tout le monde ne s'improvise pas collectionneur. Il faut indubitablement une culture artistique, une envie d'art qui ne peut être assouvie, quoi qu'on en dise, que par des ressources financières non négligeables. Encore une fois, il n'y aucun mal à parler de cela et ce n'est pas l'artiste qui s'en plaindra. 

     

    Expo du 19 septembre au 15 décembre 2013 : http://www.maisonparticuliere.be

     

     

     

     

     

  • IKEA & fotofever 2013

    Imprimer

     

    Plateforme de promotion de la photographie contemporaine, fotofever entame aujourd’hui sa deuxième édition. Chaque année, fotofever met à l’honneur une collection privée jamais dévoilée élaborée autour d'un thème attractif. Cette année, le thème choisi est la Fesse. Pour l’occasion, le lounge bar de fotofever sera meublé de sièges Klippan d’IKEA, customisés par 5 artistes belges. Xavier Lust, Nathalie Dewez, Benjamin Spark, Gerald Watelet et Monsieur Tricot ont relevé le défi et interprètent le thème de façon très personnelle. Les profits de la vente des canapés par la Maison Cornette de Saint Cyr le 7 octobre seront versés à la IKEA Foundation qui oeuvre depuis plus de 10 ans, avec Unicef, à un meilleur avenir pour les enfants et leur famille en Afrique et en Inde.

    5 créateurs belges posent leurs fesses pour la bonne cause !


     
    Xavier Lust
    Acrylique

     
    Gerald Watelet
    "Istanbul"
    Velours gratté "amarante" (M. Canovas). 
    Coutures soulignées de câble et frange torsadée à la jupe. 
    Coussins de tissus brodé au fil d'un motif orientaliste et bordé d'un marabout rasé coordonné
    (Passementeries d'Ile de France)

     
    Monsieur Tricot
    Cordage marin crocheté à la main 
     
    Benjamin Spark
    "This is not a canapé"
    Technique mixte, acrylique, pastels, feutres, bombe

     

    Nathalie Dewez
    "Phosphorescent Coach"
    Phosphor Foil recouvert de tissus 

    Cinq créateurs belges s’associent à fotofever et IKEA pour la bonne cause.

    Nous vous invitons à découvrir leur interprétation inspirée du canapé Klippan.

    Les 5 canapés seront mis en vente au prix de 500€ par Arnaud Cornette de Saint Cyr

    le 7 octobre à 19h.

     

  • CHIHARU SHIOTA- Galerie Daniel Templon -Bruxelles

    Imprimer

    L’artiste japonaise Chiharu Shiota inaugure le nouvel espace de la Galerie Templon à Bruxelles avec une spectaculaire installation in situ. Jouant sur les échelles et la structure architecturale du lieu, l’artiste transforme la galerie bruxelloise pour sa toute première exposition personnelle en Belgique. Le travail de Chiharu Shiota mêle performance, body art et installation. Elève de Marina Abramovic à Hambourg dans les années 1990, l’artiste place le corps au centre de sa pratique sculpturale. Son langage artistique s’est nourri des influences des précurseurs Louise Bourgeois, Eva Hesse, ou Ana Mendieta, tant au niveau de l’expérimentation physique et du travail sur l’inconscient qu’à travers le choix de matériaux délicats et traditionnellement liés à la féminité – tissus, fils, robes. Avec sa série d’installations en fils de laine noirs, débutée en 1996, Chiharu Shiota transforme l’œuvre d’art en extension de son propre corps absent. Très remarquée ces dernières années, l’œuvre de Chiharu Shiota, délicate et chargée d’émotions, entraîne le spectateur dans un monde pétrifié où résonnent les thèmes de l’absence et du souvenir. L’artiste tisse de vastes environnements de fils de laine noirs entremêlés dans lesquels flottent des objets évocateurs -instruments de musique, robes de poupées, chaussures, lits. Ses réseaux graphiques explorent des enchevêtrements psychiques, des connections interpersonnelles : « Les fils sont tissés l’un dans l’autre. Ils s’enchevêtrent. Ils se déchirent. Ils se dénouent. Ils sont comme un miroir des sentiments » écrit Chiharu Shiota L’artiste exposera pour la première fois à la galerie bruxelloise ses dessins, où les traits de crayons s’apparent aux fils de laine, les tracés légers matérialisant à la fois l’espace de la sculpture et l’image mentale de l’artiste. Née à Osaka au Japon en 1972, Chiharu Shiota vit et travaille à Berlin depuis 1997. Elle a suivi des études à l’Université des Arts de Berlin puis à l’Université des Beaux Arts d’Hambourg et a travaillé dans l’atelier de Rebecca Horn. Chiharu Shiota a performé et exposé, notamment, au Domaine de Kerguéhennec en 1997, au Kunstmuseum de Bonn en 2000, à l’Eglise Sainte Madeline à Lille en 2004, à la Neue Nationalgalerie à Berlin en 2006 et au National Museum of Art d’Osaka en 2008. En 2011, dans le cadre de la Biennale de Venise, elle a investi la Gervasuti Fondation avec Memory of books. Elle a également conçu le décor de l’opéra Matsukaze mise en scène par Sasha Waltz et montrée à Bruxelles au Théâtre royal de la Monnaie et à Berlin au Staatsoper. La même année, Chiharu Shiota a inauguré les espaces de la Sucrière, à Lyon, avec Labyrinth of Memory. En 2013, l’artiste était présente à Art Unlimited à Bâle avec son installation In Silence. Elle exposera à partir de l’automne au Mattress Factory museum à Pittsburgh (12 septembre – 31 juillet 2014).

    Adresse : Galerie Daniel Templon, 13 A rue Veydt - Veydtstraat, 1060 Bruxelles. Horaires : du mardi au samedi de 11h à 18h

     
      19 septembre  –  2 novembre 2013
     
                              Chiharu Shiota, Stairway, Kiel, 2012       
     
     

     

  • OBJEKTEN SYSTEMS NEWS - SUPERBRANDS LONDON 2013

    Imprimer

     
     





    Copyright © 2013 OBJEKTEN sa-nv, All rights reserved.



    OBJEKTEN sa-nv
    Les Chateaux d'Eau du Bois de La Cambre
    Avenue de la Belle Alliance 1
    1000 Brussels
    Belgium

    info@objekten.com
    www.objekten.com
    +32 2 325 15 53

  • Revue Villas- 86- Septembre 2013

    Imprimer

    Villas 86

    DESIGN - L'autre comme source d'inspiration - Biennale du design de St-Etienne 2013

    ART-Art Brussels 2013

    ART- La part lumineuse d'une femme- Cathy Coëz


    http://www.villas-decoration.com

  • DO NOT OPEN expose : Marcin Dudek Wild

    Imprimer

     Vernissage sur le trottoir les jeudi 5 et vendredi 6 septembre 2013 de 18h à 21h

    Expo du 5 septembre 18h au 12 octobre 2013
    DO NOT OPEN _ MARCIN DUDEK
    DO NOT OPEN :
    DIVERTISSEMENT SUR LE MONDE DE L'ART, POUR LE MONDE DE L'ART !
                                           
    Le travail de Marcin Dudek questionne notre réalité avec des œuvres réalisées dans la plus grande autonomie possible. Wild, l'installation qu'il propose dans le project-space DO NOT OPEN, s'articule autour d'une barrière qui divise l'espace en deux. Une barrière comme métaphore des conflits et divisions imposées dans la société, à l'image de celles qui séparent deux groupes de hooligans évoqués dans sa précédente exposition Too Close for Comfort chez Harlan Levey Projects à Bruxelles. Dans Wild, les images d'un projecteur de diapositives créent, par-delà la barrière, un dialogue conflictuel entre les objets manufacturés et ceux créés de la main de l'artiste avec les matériaux disponibles autour de lui. Il n'y a pas de réponses toutes faites. L'artiste engage un questionnement avec le spectateur par la pratique de ce qu'il appelle l'anti-ready-made. 
    DNO - Portrait Marcin Dudek dans son tunel de papier collant.jpg
    Un art où il tourne le dos à tout ce qui est calibré et manufacturé. Marcin Dudek s'applique à réaliser et à contrôler chaque étape de sa production avec la rigueur d'un artisan. L'anti-ready-made se traduit également par l'emploi de matériaux simples, immédiatement accessibles et économiques dans une création artistique exigeante. Si chaque œuvre de Marcin Dudek part d'un concept fort, il ne cherche pas à imposer un discours entre l'œuvre et le spectateur. "Ce qui m'intéresse n'est pas de créer un morceau de réalité mais bien un objet qui peut influencer la perception de cette réalité. C'est une façon de stimuler le processus de questionnement et d'amener des solutions face aux divisions que la société nous impose."

    DO NOT OPEN

    47 rue d’Albanie

    1060 Bruxelles.

    0477/76 35 95
    www.donotopen.org