• Summer 2015 -CLIP ́N GO, une histoire simple et une invention 100% belge

    Imprimer

    _DSC3366.jpg

    Clip'n Go, c'est l'histoire de retrouvailles de deux copains de classe, (Gianfranco Cravotta et Fabrice Cuvelier) et d'un ourlet de pantalon inachevé. Parce qu'il est pressé par le temps, un matin pluvieux, Gianfranco Cravotta fixe avec des épingles à cheveux son ourlet. Le soir, il constate que ce système "D" a parfaitement joué son rôle: maintenir en place les bords du pantalon.

    _DSC2936.jpg

    Voilà l'idée de base de ce nouveau model de clip que Gianfranco fait évoluer avec de plaques de métal. Il remporte un vif succès au Salon de l'Invention en 2012 où il remporte la médaille de bronze. C'est en lisant la presse que son ancien camarade de classe, Fabrice Cuvelier, le retrouve. Changement de carrière pour l'un et recherche de partenaire pour l'autre, l'association prend forme pour produire et commercialiser les clips et réaliser un rêve.

    ClipnGo-bijou-12.jpgPrix entre 15€ & 20€ClipnGo-bijou-53.jpg

    www.clipngojewelry.com

  • Summer 2015: Classic Oxford Lady

    Imprimer

    "L’histoire de Daniel Wellington a commencé lors d’un voyage autour du monde pendant lequel j’ai rencontré un fascinant personnage originaire des Îles Britanniques. Il avait cette capacité à combiner élégance et désinvolture sans aucune prétention. Son style était impeccable et il aimait porter ses montres vintage avec un vieux bracelet NATO patiné. Son nom ? Daniel Wellington, bien sûr"

    0101DW.jpg

    De cette rencontre est née une longue amitié. Je me suis non seulement inspiré des nombreuses et incroyables histoires de ce gentleman mais aussi de ses manières et de son élégance intemporelle. J’aimais tellement sa façon  de porter ses montres que j’ai voulu intégrer l’idée dans ma propre collection. Lentement mais sûrement, une belle montre est née. Ultraplate, raffinée et parfaitement circulaire. Il en émane un style minimaliste, sans atours.Son design traditionnel et épuré, qui s’associe à la perfection au bracelet NATO coloré comme à l’élégant bracelet en cuir, séduira presque tout le monde. Nous pensons avoir réussi à capturer un peu de Daniel et de son style dans nos montres, et nous espérons qu’il serait fier de nos réalisations."

      Filip Tysander, Fondateur de Daniel Wellignton

     

     

     

     

  • Maison Margiela Brussels and dépendance Gallery present the british artist Linder

    Imprimer

    Linder

    An absence, a presence, a mood, a mantle

    In 1998, Maison Martin Margiela responded to several questions on the subject of colour. To the question “What is black?” The response given was “An absence, a presence, a mood, a mantle.” In 2015, at dépendance gallery in Brussels, a near neighbour to the first ever Maison Martin Margiela shop, there will be an exhibition featuring the work of the British artist Linder and a selection of pieces from the archive of Maison Martin Margiela, Brussels.LINDER8.jpeg

    A second question posed to MMM in 1998 was “What is art?” The answer given was “A need to reply.” The exhibition at dépendance examines that need and it provides its responses through film, sound, and photomontage. “Mantles” from the MMM Belgian archive such as a jacket created out of blonde wigs and a waistcoat fabricated from wire and broken cutlery, will ventriloquise their own replies to “What is art?”

    The artist Linder uses found images in much the same vein as MMM work with the found object. The artist works with pages torn from fashion magazines, interior design catalogues, botany annuals - with whatever crosses her path and pleases her eye. Just as MMM replicate found garments for their Replica collection, Linder uses the found image to create sequences of photomontages that replicate the original but at the same time subvert their meaning. Both MMM and Linder treasure that which has been discarded by a culture hell bent on newness and novelty.

    MMBrussels3.jpg

     

     

    Exhibition June 5 – July 11

    Maison Margiela Brussels

    Vlaamsesteenweg 114 Rue de Flandre

    and

    @ dépendance gallery

    Varkensmarkt 4 Marché aux Porcs

    1000 Brussels

    © MMBrussels

  • Exposition : "Embracing Emptiness" de Stephen Sack

    Imprimer

    image001.jpg

    A partir de pièces de monnaie sans valeurs ou, au contraire, en provenance de collections privées, Stephen Sack, crée une recherche photographique minutieuse. Depuis plus de trente ans, cet artiste américain vivant en Belgique sillonne les capitales et les musées à la recherche de trésors enfouis.

    Sa sélection se base sur des milliers de pièces. Il faut du temps pour trouver celle qui va allumer une étincelle dans son regard. Il apparente son travail à une archéologie fantastique. Ce que l'on ressent d'emblée dès l'entrée de la salle, c'est que ce qui nous est offert à voir, apaise. Venant de l'extérieur, du tumulte, on ressent le contraste. L'oeil appréhende les photographies et est plongé dans un monde inconnu, vaste, emprunt d'une spiritualité orientale. De petites pièces, insignifiantes révèlent leur monde intérieur. Stephen Sack les place sous les feux de la rampe comme des balises guidant le voyageur. Un livre " The Book of Lost Coins " sortira fin de l'année ", une nouvelle occasion pour se plonger dans ses rêves intérieurs qui pour quelques instants peut devenir les vôtres.

     

    embracing Emptiness3.jpg

    Embracing Emptiness

    Photography and Alchemy of Ancient Chinese Coins 

    Exposition et vente au bénéfice de la bibliothèque Chine de l’IBHEC

     

    Musées royaux d’art et d’histoire

    10 parc du Cinquantenaire

    B-1000 Bruxelles

    04.06.2015 – 14.06.2015

    http://www.stephensack.com